.

.

Pourquoi la lutte contre le cancer est prioritaire

Publié dans Philanthropie.

Chacun homme est sensible à certaines causes plutôt qu'à d'autres.
Pour ma part, je suis particulièrement attentif au développement du cancer ou plutôt des cancers.

Certains chercheurs  (ceux du Centre International de recherche sur le cancer à Lyon en France), prévoient une augmentation du nombre de nouveaux cas de cancer dans le monde de 75% pour atteindre 22 millions de nouveaux cas annuels en 2030, contre « seulement » 12,7 millions de nouveaux cas diagnostiqués en 2008. Cela signifie qu'un homme sur deux et une femme sur trois seront frappés un jour où l'autre par un cancer.

Et pourtant, on guérit aujourd'hui plus de 50 % des cancers de l'adulte et près de 80 % des cancers de l'enfant.

Il faut toutefois souligner que cette statistique vaut pour l'Europe car évidemment, les habitants des pays développés et des pays en voie de développement ne sont pas logés à la même enseigne car les traitements possibles ne sont pas les mêmes dans tous les pays.

Mais les cancers qui se développeront ne seront pas nécessairement les mêmes : tandis que le nombre de cas de cancer du sein, de la prostate ou du colon devrait augmenter partout dans le monde, les cas de cancers du col ou de l'estomac devrait régresser dans les pays développés mais progresser dans les pays en voie de développement.

La maladie va donc exploser et le monde ne comptera pas suffisamment d'oncologues pour soigner tous les malades.

Dans les pays comme le Liban ou le Maroc, la maladie est mal prise en charge...et c'est pour cette raison que je pense qu'il est important de s'impliquer.

Liban

Hassan Hachem