.

.

Le professeur Victor Israel, héros de la lutte contre le cancer

Publié dans Philanthropie.

Si je pense que le monde ne doit pas se reposer sur ses leaders ou porter une attention disproportionnée aux personnalités, je voue une réelle admiration aux personnes qui améliorent la santé.

 C'est le cas du professeur Victor Izrael.

Depuis 1977, il a été l'un des acteurs français clés dans la lutte contre le cancer. Il y a dédié toute sa carrière et opéré au sein du service d'Oncologie médicale de l'hôpital Tenon de Lyon qu'il a créé en 1985 et dirigé durant 18 ans.

Il est connu pour être de tous les fronts dans la lutte contre le cancer : il fait partie des pères du plan Cancer lancé en France en 2002 ; il est membre de la Commission Ministérielle d'Orientation, conseiller permanent de la Mission Interministérielle pour la lutte contre le Cancer, vice président puis administrateur de l'Institut National du Cancer et enfin Président fondateur de l'APREC (Alliance pour la recherche en cancérologie).

Il opère, soigne, est un des experts français reconnus et s'est surtout investi dans la recherche. A travers l'APREC, il finance une partie de la recherche, accorde des bourses d'études et créé un tumorothèque qui permet d'étudier, à partir des nombreux échantillons de tumeurs humaines qui y sont collectés et conservés, le génome des cellules cancéreuses. La recherche "génomique" permet aujourd’hui de déterminer des prédispositions à certains cancers, de prédire la réponse de certains cancers à tel ou tel traitement, et désigne de nouvelles cibles pour la fabrication de médicaments anti-cancéreux nouveaux.

L'APREC s'investit aussi dans la recherche clinique

Comme on peut le lire sur le site de l'APREC, « pour guérir le cancer, il faut non seulement trouver de nouveaux médicaments mais aussi les tester chez l’homme, imaginer de nouvelles associations et de nouvelles stratégies, et in fine déterminer les meilleurs traitements pour chaque malade : tel est le rôle de la recherche clinique.

Enfin, l'APREC a développé la recherche dite « de transfert » qui se caractérise par des aller-retours entre recherche biomoléculaire, recherche clinique et soins au patient. La fondation que j'ai créé en mémoire de ma soeur, le Dr Ouidad Hachem, soutient activement l'APREC.

J'encourage toutes celles et tous ceux qui en ont la possibilité de ne pas hésiter à participer à ces recherches en faisant des dons à l'APREC.

Liban

Hassan Hachem